22/01/2018

Lanceurs d'alerte mis sous haute protection ?


"Le canton de Genève a décidé de mieux protéger ceux qui dénoncent des agissements frauduleux ou les dysfonctionnements de leur administration"

20180122_102533.png



https://www.google.ch/amp/s/amp.rts.ch/info/regions/genev...

L'état de Genève protège à juste titre ces employés courageux qui décident de briser le silence en dénonçant des actes qui vont de la corruption à la mise en danger d'autruis.

Refuser le concept du métro, boulot, dodo, qui implique de fermer les yeux sur des actes délictueux pratiqués et validés par nos collègues et/ou notre direction sur nos lieux de travail.

Oser briser la systémique du silence de nos "collègues" de travail face au scandale en révélant au grand jour des faits délictueux.

Prendre la responsabilité d'intervenir devrait être automatique, mais face au devoir de rentabilité, à la cupidité ainsi qu'aux méthodes qui conditionnent les employés à obtempérer sans émettre d'opinion; il est nécessaire que l'état assure une protection aux lanceurs d'alerte.

Renforcer la protection des employés du secteur privé doit devenir une priorité.

20180122_104109.png



https://www.bj.admin.ch/bj/fr/home/wirtschaft/gesetzgebun...

L' anonymat du lanceur d'alerte doit être assurée.

Les retombées une fois le scandale révélé ne doivent en aucun cas porter préjudice aux lanceurs d'alerte.

Les cadres, employés et autres intervenants se retrouvent à assumer le prix de leurs actes délictueux qui mettaient en danger toute une tranche de la société et il est inconcevable que ceux qui osent dénoncer se retrouvent au chômage.

Le concept du : tout le monde dehors... appliqué par de nombreuses sociétés n'est plus tolérable.  


L'objectif prioritaire pour l'employé qui brise le silence est de pouvoir continuer à exercer son activité professionnelle sans mobbing ou pressions de la direction qui pourraient vouloir sanctionner le lanceur d'alerte dans le but d'effrayer ceux qui souhaiteraient suivre ce mouvement de transparence.

http://www.bilan.ch/economie-plus-de-redaction/comment-de...

071-alertes.jpg

Pour les employés du secteur privé, devenir lanceurs d'alerte est plus laborieux.

Il est temps que d'autres structures protectrices des lanceurs d'alerte dans le secteur professionnel privé voient le jour pour venir renforcer les structures " fragiles" existantes.

Combien d'employés se sont retrouvés broyé après avoir dénoncé des atrocités dont ils ont été les témoins? 

Personnes âgées, handicapés, enfants maltraités, aliments périmés reconditionnés, détournement de fonds et bien d'autres atrocités inacceptables qui doivent être dénoncées à la justice .

La presse devient parfois le seul moyen de se protéger tout en mettant fin à des méthodes dont nous ne voulons pas être complice.

Je salue les journalistes qui donnent une écoute et un soutien aux lanceurs d'alerte.

Il en va de la protection de la population et du droit à l'information qu'à chaque citoyen.

Les lanceurs d'alerte sont des citoyens courageux qui osent porter sur leurs épaules des révélations qui parfois les dépassent.

Une déontologie professionnelle qui passe au dessus de la peur de perdre son emploi.

Ils sont nécessaires dans une société qui exige la transparence, la qualité et l'honnêteté.

Il ne s'agis aucunment de valoriser les faux lanceurs d'alerte qui agissent en actionnant une mécanique de chantage dans le seul objectif de s'enrichir.

Un des premiers site de lanceurs d'alerte en suisse :

  1. 20180122_104041.png

                                                                                        http://www.medialeaks.ch/index.php/fr/

 

lanceurs,alerte

Le site passeur d'alertes en France : https://passeurdalertes.org/2016/08/26/irene-frachon-mede...

10/01/2018

Maintenant, de suite, je veux !

impatience2.jpg

La maîtrise de notre perception du temps qui passe, serait-elle une des clés de notre épanouissement personnel ?

Le temps.

En naissant, notre organisme commence déjà à être tributaire du temps qui passe.

Chacune de nos cellules, nos organes, se modifient perpétuellement en parfaite interaction, dans le but de s’adapter à cette horloge qui dicte à l’interne la durée plus ou moins longue de notre vie sur cette terre.

En moyenne notre durée de vie est de 80 ans .

Un capital moyen de 42075936 minutes de notre premier souffle au dernier.

Le temps qui passe, peut sembler une éternité si l’ennui s’installe.

il-existe-5-types-d-ennui-dont-un-flirte-parfois-avec-la-depression_63880_w300.jpg

Au contraire, si nos vies sont hyperactives, le temps pour nous épanouir vient à manquer .

Surcharge-de-travail-.jpg

Pour la plupart d’entres nous, le temps nous manque.

Pour d’autres, le temps qui s’écoulent sans projet, sans activités ni objectif, est une lente autodestruction.

Le temps à une influence constante sur tout.

1.jpg

Les quatre saisons, qui modifient la nature qui nous entourent.

Le temps : image de l’arbre qui l’automne venu, perd ces feuilles, sa sève, sa vie, pour renaître au printemps ( ou pas ).

" Le Temps d’une vie "

Qu’en faisons-nous ?

L’ennui étant le pire vice lié au temps qui passe, comment organiser nos vies pour optimiser au mieux le temps qui nous a été attribué ?

Au fil des années, nous évoluons.

L’accumulation d’expériences et de connaissances diverses, font de nous des êtres évolutifs , flexibles.

A 15 ans, nous n’avons pas la même approche des événements qu’à 50 .

Réaliser un tableau retraçant notre position dans le temps ainsi que les événements qui ont jonchés notre vie passée, peut permettre de se retrouver lors de situations compliquées.

Chercher dans son passé des réponses pour faire évoluer notre présent.

Reprendre la main sur notre temps, l’organiser pour mieux le maîtriser .

« Il y aurait un temps pour tout » nous dit-on.

Notre société actuelle nous démontre continuellement le contraire.

Actuellement, à 40 ans, une femme semble plus épanouie qu’à 20 ans .

anti-age-les-meilleurs-actifs_exact540x405_l.jpg

Exigeante et sachant exprimer ces attentes sans compromis, prenant soins d’elle en menant une course frénétique contre les signes physiques du temps qui passe.

les-25-plus-beaux-hommes-barbu-3.jpg

Les hommes matures de leurs côtés ont la cote.

L’Age semble leurs apporter une certaine crédibilité.

Les paroles de nos aînés sont précieuses, car si ils sont épanouis , ils sauront nous conseiller sur leurs méthodes pour maîtriser le temps qui passe.

Apprendre à se donner du temps.

Le temps de vivre, le temps de commencer, de finir, de rester, de partir.

Le temps de s’aimer, de se réparer, de s’accepter.

Le temps de se comprendre, d’apprendre, de pardonner.

Le temps d’arriver à vivre seul pour se retrouver.

Le temps de savoir ce que l’on ne veut plus.

« Tout viens à temps à qui sait attendre »

Et rien n’arrive à celui qui attends sans agir.

Un temps pour la réflexion.

Un temps pour l’action.

La réflexion ne devant pas s’éterniser, l’action doit en être la concrétisation ; sans quoi nous devenons des penseurs inactifs.

colère,frustration,resilience,blog,tdg

A trop penser, on s’enferme dans un mode non évolutif s’il n’est pas suivit de faits concrets sur le terrain.

La résilience apporte des méthodes d’actions stratégiques concrètes, qui doivent toujours ouvrir des pistes de réflexions dont les réponses sont propres à chacun d’entre nous.

Cette liberté de réflexion, nous offre la possibilité de faire un travail sur nous même sans nous voir imposer des thèses pré-rédigées .

L’objectif final étant la valorisation de notre singularité en trouvant des méthodes qui nous permettent de faire face aux événements de la vie.

N’oubliez pas que le meilleur pour diriger votre vie, c’est vous !

Maîtriser son temps, c'est également savoir maîtriser ces émotions.

shutterstock_244862644_1.jpg

La frustration engendrée par l’impatience, peut vite nous envahir, nous stresser ; créant angoisse et colère.

Être résiliant, c’est apprendre à ne pas se laisser dicter nos émotions, nos actes,  par toutes formes de pressions extérieures.

Certes, le tout, tout de suite, nous apporte un réconfort express ; mais l’apprentissage laborieux de la patience ainsi que de la gestion de nos frustrations est une étape incontournable à notre épanouissement.

Dès notre plus tendre enfance, nous apprenons par la force des choses à gérer « nos caprices ».

Si cette étape n’a pas été finalisée, une fois adulte, nous serons très vite rattrapés par nos émotions face à la pression qu’instaure une attente imposée par des aléas de la vie sur lesquels nous n’avons aucun moyen d’action direct.

Sans parler de ceux qui jouent avec nos nerfs en utilisant le temps comme moyen d’ultime pression.

colère,frustration,resilience,blog,tdg

Tic-Tac, le temps s’écoule .

Les précieuses minutes de nos vies s’égrènent, alors autant les valoriser.

Dans tous les cas, il se passera toujours quelque chose.

Le temps ne nous laisse aucun répit.

Il y aura toujours un début et une fin à toutes situations.

La durée ? c’est vous qui devez en avoir la maîtrise .

 


Maintenant, de suite, je veux !

impatience2.jpg

La maîtrise de notre perception du temps qui passe, serait-elle une des clés de notre épanouissement personnel ?

Le temps.

En naissant, notre organisme commence déjà à être tributaire du temps qui passe.

Chacune de nos cellules, nos organes, se modifient perpétuellement en parfaite interaction, dans le but de s’adapter à cette horloge qui dicte à l’interne la durée plus ou moins longue de notre vie sur cette terre.

En moyenne notre durée de vie est de 80 ans .

Un capital moyen de 42075936 minutes de notre premier souffle au dernier.

Le temps qui passe, peut sembler une éternité si l’ennui s’installe.

il-existe-5-types-d-ennui-dont-un-flirte-parfois-avec-la-depression_63880_w300.jpg

Au contraire, si nos vies sont hyperactives, le temps pour nous épanouir vient à manquer .

Surcharge-de-travail-.jpg

Pour la plupart d’entres nous, le temps nous manque.

Pour d’autres, le temps qui s’écoulent sans projet, sans activités ni objectif, est une lente autodestruction.

Le temps à une influence constante sur tout.

1.jpg

Les quatre saisons, qui modifient la nature qui nous entourent.

Le temps : image de l’arbre qui l’automne venu, perd ces feuilles, sa sève, sa vie, pour renaître au printemps ( ou pas ).

" Le Temps d’une vie "

Qu’en faisons-nous ?

L’ennui étant le pire vice lié au temps qui passe, comment organiser nos vies pour optimiser au mieux le temps qui nous a été attribué ?

Au fil des années, nous évoluons.

L’accumulation d’expériences et de connaissances diverses, font de nous des êtres évolutifs , flexibles.

A 15 ans, nous n’avons pas la même approche des événements qu’à 50 .

Réaliser un tableau retraçant notre position dans le temps ainsi que les événements qui ont jonchés notre vie passée, peut permettre de se retrouver lors de situations compliquées.

Chercher dans son passé des réponses pour faire évoluer notre présent.

Reprendre la main sur notre temps, l’organiser pour mieux le maîtriser .

« Il y aurait un temps pour tout » nous dit-on.

Notre société actuelle nous démontre continuellement le contraire.

Actuellement, à 40 ans, une femme semble plus épanouie qu’à 20 ans .

anti-age-les-meilleurs-actifs_exact540x405_l.jpg

Exigeante et sachant exprimer ces attentes sans compromis, prenant soins d’elle en menant une course frénétique contre les signes physiques du temps qui passe.

les-25-plus-beaux-hommes-barbu-3.jpg

Les hommes matures de leurs côtés ont la cote.

L’Age semble leurs apporter une certaine crédibilité.

Les paroles de nos aînés sont précieuses, car si ils sont épanouis , ils sauront nous conseiller sur leurs méthodes pour maîtriser le temps qui passe.

Apprendre à se donner du temps.

Le temps de vivre, le temps de commencer, de finir, de rester, de partir.

Le temps de s’aimer, de se réparer, de s’accepter.

Le temps de se comprendre, d’apprendre, de pardonner.

Le temps d’arriver à vivre seul pour se retrouver.

Le temps de savoir ce que l’on ne veut plus.

« Tout viens à temps à qui sait attendre »

Et rien n’arrive à celui qui attends sans agir.

Un temps pour la réflexion.

Un temps pour l’action.

La réflexion ne devant pas s’éterniser, l’action doit en être la concrétisation ; sans quoi nous devenons des penseurs inactifs.

colère,frustration,resilience,blog,tdg

A trop penser, on s’enferme dans un mode non évolutif s’il n’est pas suivit de faits concrets sur le terrain.

La résilience apporte des méthodes d’actions stratégiques concrètes, qui doivent toujours ouvrir des pistes de réflexions dont les réponses sont propres à chacun d’entre nous.

Cette liberté de réflexion, nous offre la possibilité de faire un travail sur nous même sans nous voir imposer des thèses pré-rédigées .

L’objectif final étant la valorisation de notre singularité en trouvant des méthodes qui nous permettent de faire face aux événements de la vie.

N’oubliez pas que le meilleur pour diriger votre vie, c’est vous !

Maîtriser son temps, c'est également savoir maîtriser ces émotions.

shutterstock_244862644_1.jpg

La frustration engendrée par l’impatience, peut vite nous envahir, nous stresser ; créant angoisse et colère.

Être résiliant, c’est apprendre à ne pas se laisser dicter nos émotions, nos actes,  par toutes formes de pressions extérieures.

Certes, le tout, tout de suite, nous apporte un réconfort express ; mais l’apprentissage laborieux de la patience ainsi que de la gestion de nos frustrations est une étape incontournable à notre épanouissement.

Dès notre plus tendre enfance, nous apprenons par la force des choses à gérer « nos caprices ».

Si cette étape n’a pas été finalisée, une fois adulte, nous serons très vite rattrapés par nos émotions face à la pression qu’instaure une attente imposée par des aléas de la vie sur lesquels nous n’avons aucun moyen d’action direct.

Sans parler de ceux qui jouent avec nos nerfs en utilisant le temps comme moyen d’ultime pression.

colère,frustration,resilience,blog,tdg

Tic-Tac, le temps s’écoule .

Les précieuses minutes de nos vies s’égrènent, alors autant les valoriser.

Dans tous les cas, il se passera toujours quelque chose.

Le temps ne nous laisse aucun répit.

Il y aura toujours un début et une fin à toutes situations.

La durée ? c’est vous qui devez en avoir la maîtrise .

 


01/01/2018

Hommage à Blondesen: Chapeau l'ami !

 

blondesen,tdg,blog,hommage

 

 Son pseudo : Blondesen

 

Il aura animé la blogosphère de la Tribune de Genève avec un dynamiste et une humanité qui méritent un hommage de la part de nous tous, bloggeurs, lecteurs, amis, qui avons eu la chance de dévorer ces articles.

Un humour mordant, accompagné de textes hors du temps.

une classe, un look qui lui étaient singulier.

Sa posture légendaire, intemporelle, faisait de ce "personnage", un incontournable de cette plateforme .

Sa disparition après un long combat, a profondément marqué un tournant au sein de la blogosphère.

En parcourant le net, je suis tombée sur des pépites manuscrites qu’il nous a transmises en héritage.

Je vous laisse le bonheur de découvrir la maîtrise subtile de la communication qui faisait de Blondesen un être remarquable.

Son combat contre ce cancer qu’il avait prénommé « Anastasia »., nous apporte une force de vivre, de lutter malgré les coups de la vie....mais surtout de l'aimer cette vie tout en tentant de garder un humour tantôt gai tantôt noir.

Un témoignage qui mérite largement d’être mis au-devant de la scène.

 

http://profp.canalblog.com/

 

http://blondesen.over-blog.com/

 

 

blondesen,tdg,blog,hommage

http://planetephotos.blog.tdg.ch/

 

Mon grand ami, Heykel Ezzedine, pour lequel j’ai beaucoup d-estime pour son professionnalisme, sa bonté et sa liberté; avait couvert divers évènements importants dans la vie trépidante de notre cher Per :


http://planetephotos.blog.tdg.ch/archive/2010/08/04/bon-a...

 

http://planetephotos.blog.tdg.ch/tag/blondesen

 

La rédaction de la TDG, en la personne de JFM, lui avait fait les honneurs d'un article : 

http://webzine.blog.tdg.ch/archive/2010/06/21/c012522dcec...blondesen 3.jpg

                                                              http://webzine.blog.tdg.ch/

Salut l’ami, on ne t’oublie pas !

Tu seras toujours un pilier de la plateforme des blogs de la Tribune de Genève.

Tu as été un des premiers a investir ce lieu de liberté d'expression, qui depuis est devenu une référence qualitative. 

 

Ps: JFM, alias Jean-François Mabut, dont vous pouvez suivre les écris sur son blog http://jfmabut.blog.tdg.ch/

22/12/2017

Partageons noel 2017: Rendez-vous le 24 décembre 19h15

 

"Partageons noël "

 

Festivités, concerts, activités ppour les enfants et repas minutieusement préparés par une equipe remarquable de bénévoles.

 

Vous trouverez plus d'informations sur le site ci-dessous.

http://nouvelles.ch/2017/11/noel-une-fete-de-partage/

20171222_160652.jpg

 

Un grand merci aux bénévoles ainsi qu'à toutes celles et ceux qui y participeront pour rompre l'isolement.

Apporter de la joie, de la bonne humeur et de l'attention pour cette événement de coeur.

Bravo ! 

A dimanche pour fêter ensemble un noël solidaire.

L'occasion de faire connaissance avec des persinnes de tous horizons et raisons sociales.

Pourquoi s'en priver ? 

partageons,noel,lignon,vernier,fêtes,solitude,rompre

 

19/12/2017

Stopper l'alimentation !

Résilience stratégique /1

colere-incontrolee.jpg

Pour reprendre les propos éclairés de Jean D'Ormesson : "La haine et la détestation de l'autre sont des formes d'autodestruction ".

Un combat constant et sans repis qui consiste à ressasser les événements passés, les actes manqués, à trammer les vengeances du lendemain .

L'autre se nourrit de notre colère .

Un cycle infernal qui fera tomber celui qui ne sera pas équipé pour mener ce combat au quotidien.

"Oeil pour oeil, dent pour dent ".

Combien d'entres nous n'on pas réussi à tenir la cadence ?

Nourrir son bourreau par notre colère.

Bourreau?  Non, juste un personne qui manque cruellement de confiance en lui.

Exigence psychotique de créer des conflits dans le but de ressentir la soumission de sa victime minutieusement sélectionnée.

Il est tellement plus rassurant de détruire une compagne/un compagnon, un amie/un ami, une collègue/un collègue, ou toutes autres personnes "fragiles " , plutôt que d'assumer ces angoisses et son manque d'estime de soi .

low-battery.jpg

Vos bourreaux se nourrissent de votre colère.

Votre colère vous vide de vos forces vitales.

Ce climat oppressant et malsain vous empêche d'atteindre vos objectifs positifs pour le plus grand bonheur de celuis qui test sans repis la maîtrise de vos émotions. 

Sortir de cette situation n'est pas simple, mais pour vous reconstruire il faudra croire en votre pouvoir d'action pour reprendre le dessus sur la situation.

stop.jpg



De victime, se transformer non pas en bourreau, mais en un être déterminé à faire valoir son droit à vivre en paix.

Exigeance légitime de pouvoir être valorisé et épanoui.

L'estime de" vous", de vos compétences, seront vos atouts.

Malheureusement, face aux pervers manipulateurs, arrivistes et autres personnes en souffrances qui se rassurent en orchestrant la destruction de leurs congénères, vous ne pouvez que vous protéger en bloquant chacune  de leurs attaques.

Eux ou vous ?

 

colère,maîtrise,psychologie,psychiatrie,social,sociale,bien,etre,resilience,strategie,alimentation,geneve



Je vous laisse méditer sur cette question.

Au vu du nombre de patients qui déferlent dans les cabinets de psychotherapie pour cause de burn-out, de mobbing, de harcèlement, de dépression ainsi que l'augmentation des violences faites aux femmes/hommes/enfants/animaux, victimes de manipulateurs pervers; cette question m'interpelle.

woman-3.jpg

18/12/2017

État de stress post-traumatique: tous éligibles !

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

L’état de stress post-traumatique est résumé ainsi : 


"L’état de stress post-traumatique (ESPT) est un état se caractérisant par le développement de symptômes spécifiques faisant suite à l'exposition à un événement traumatique dans un contexte de mort, de menaces de mort, de blessures graves ou d’agression sexuelle."

http://www.iusmm.ca/hopital/usagers-/-famille/info-sur-la...


La société dans laquelle nous gravissons fait que nous sommes pour la plupart d’entres nous confrontés à une/des situations traumatisantes.

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

Déterminer des critères distinctifs déclencheurs de stress post-traumatique est un exercice peu scrupuleux.

Le corps médical se base essentiellement sur la durée des symptômes ; alors même que le « pouvoir de reconstruction » est propre chacun, sa durée est variable.

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

Les complexités de situations pouvant porter atteinte à notre intégrité ainsi que la destruction de notre « être » qu’elles engendrent sont non limitées.

Un divorce, un deuil, une maladie, la perte d’un emploi, ainsi que tous événements imprévisibles sur lesquels nous n’avons aucun moyen direct d’action, provoquent en nous une perte de repère temporaire, plus ou moins longue selon l’impact de celles-ci sur notre fort intérieur.

Nous sommes devenus des êtres « habitués », « éduqués », à la confrontation de situations traumatisantes en qualité de témoins ou de victimes ; sans pour autant avoir des pistes pour y faire face.

D’avance nous savons que tout ce que nous avons laborieusement construit peut à tous moments s’effondrer.

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

Il ne s’agis aucunement d’une banalisation de l’état post-traumatique en prônant un climat de paranoïa constant qui nous empêcherait de profiter pleinement des joies de la vie, bien au contraire.

A l’égal de l’alpiniste qui avant son ascension, analyse les risques en préparant minutieusement son équipement, en testant la solidité de son matériel, nous devons être parés à faire face en renforçant nos capacités à encaisser les coups de la vie.

Certes l’imprévisible ne laisse aucune place à l’anticipation.

Pourtant, une approche résiliente anticipée mise en place au quotidien peut nous aider à mieux affronter les événements traumatiques qui pourraient s’imposer à nous.

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

Savoir qui nous sommes pour mieux nous reconstruire.

Oui, le deuil de son animal de compagnie peut créer un état de stress post-traumatique à l’égal d’une victime d’acte terroriste.

Ces événements nous dépossèdent.

L’importance de ne jamais établir une classification des souffrances selon les faits.

Nous avons tous un degrés de résistance aux chocs et à la douleur qui nous est propre.

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

Qu’il s’agisse d’un soldat qui a fait le choix de servir son pays en connaissance du risque ou d’une personne âgée qui lutte contre l’isolement en s’attachant à son animal de compagnie, il ne devrait y avoir aucune délimitation lors de l’établissement d’un diagnostique d’état de stress post traumatique lorsque la situation « casse » à cause de la perte d’un être, d’un membre, de repères.

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

La reconstruction réside en notre pouvoir d’acceptation.

La reconnaissances de notre traumatisme par notre entourage, nos proches, le réseau de soignants; selon la situation, l’établissement d’un statut de « victime » par la justice.

L’analyse détaillée des répercussions post-traumatiques causées par l’"événement."

La reconstruction résiliente en maîtrisant notre colère, notre sentiment d’injustice, nos émotions ainsi que nos angoisses.

La renaissance d’un nouveau « moi » en réorganisant notre fonctionnent dans le but de faire de notre "cassures"une force.

L’établissement d’un diagnostique de stress post-traumatique ne va pas d’office avec une médication assommante et fortement addictive.

La sélection minutieuse d’un thérapeute qui répondra à vos attentes de qualités de soins sera déterminante à votre rétablissement.

etat,post,traumatique,psychologie,psychiatrie,resilience,education,sociale

 

14/12/2017

Résiliant mais pas résigné

 

Woman swaying tree.jpg

 


La résilience pour ma part n'a rien de joyeux.

Elle fait suite à un traumatisme.

Une méthode de survie pour ne pas baisser la tête face à  l'adversité.

Solution de survie à laquelle on s'accroche pour ne pas sombrer.

Un choix qui s'impose à nous pour faire face à ces matins où il est si dur d'affronter la réalité.

Se lever, même si tout notre être nous pousse à se reclure dans cette bulle rassurante qui nous permet de tout juste survivre.

Une fois la si dur réalité assumée, deux possibilité:

Soit se perdre dans nos pensées négatives qui nous vides; empêchant toutes tentatives de réparation.

Soit attaquer de front les problématiques en mettant en place des stratégies excluant colères et négativité.

Le combat d'une vie, de votre vie; vaincre ces peurs, ces angoisses et se dépasser.

resilence


Ne plus avoir peur.

Se sentir en sécurité. 

L'autre" n'est qu'un être humain régis par des fonctionnements et des fonctions différents des nôtre .

Un point nous sépare; la gestion de nos émotions.

N'oubliez jamais que nous sommes tous humains.

Avec nos craintes, nos défaut, nos qualités.

Tout réside en notre pouvoir de maîtriser nos peurs pour faire front.

Il y a une issue à toutes situations.

Chacun d'entre nous possède en lui une force capable de déplacer des montagnes pour autant que nous ne laissions aucunement déstabiliser en maintenant UN obhectif .

Une condition: Scier les barreaux de la cage dans laquelle nous nous sommes auto incarcéré. 

Nous sommes tous égaux, ne l'oubliez jamais.

Que l'on soit juge ou sans abris, l'on peut soit donner le meilleur de nous même, soit transpirer le manque de confiance en soi.

Certes un juge souffrant jouera de sa posture en soumettant le plus "faible", mais cela ne l'empêche pas de se reconstruir. 

S'isoler un moment dans sa bulle est un processus parfaitement normale.

Toute la problématique réside dans la temporalité de cette isolement.

Face à soi-même, en s'épargnant les "bons conseils" de notre entourage est salvateur.

Le besoin de solitude , la recherche du nouveau MOI après le traumatisme n'a rien d'inquietant.

Mais que faire lorsque l'on ne sait plus qui nous sommes?

Quand l'idée même de se confronter à l'extérieur devient une épreuve insurmontable tant la métamorphose est infranchissable?

resilence


Lever la tête au réveil tout en étant immédiatement propulser sous notre couette par ce besoin de refermer ces yeux emplis de larmes.

Imaginez se lever, se rendre présentable pour affronter les "autres" est dans un premier temps une barrière infranchissable.

Certains n'arriverons pas à passer ce cap et les statistiques đu nombres grandissants de suicide ne sont aucunement rassurants.

D'autres ne dépasseront pas l'étape post-traumatique qui, à certain, de survivre dans un monde dans lequel le denis et la nostalgie leurs permets de stagner sans se faire remarquer.

Des "tous va bien" à qui vous interroge sur votre situation, alors que rien ne va.

D'ailleurs il est exceptionnel de s'entendre répondre :  non ça ne va pas.

images.jpeg



Pour une minorité, un oeil puis l'autre s'ouvre.

Combler ce traumatisme par une soif de combat.

Adopter des méthodes propres à chacun pour se réparer.

Se battre pour faire face à cette situation traumatisante.

Se retrouver,se reconstruire pour affronter la vie.

Il n'a jamais été dit que la vie était parcourt sans cassures.

Par contre, nous sommes tous équipés pour y faire face.

Obtenir la capacité de ne plus se questionner de façon frénétique sur ce que pense l'autre, de ces jugements de valeurs qui n'engage que lui.

Oser faire face à un être enfermé dans une posture dominatrice dans son milieu familial ou professionnel par exemple.

Le fait même de développer une psychose avant un entretient avec son patron, son assistant sociale, un juge ou autres,  ne fera que vous vider de vos forces .

L'organisation stratégique de vos attentes réalistes, la réorganisation de vos objectifs ainsi que la maîtrise de votre peur sera votre plus belle réussite.

Selon les situations, le résultat ne sera pas forcement à la hauteur de vos attente de façon immédiate, mais vous aurez fait au mieux selon vos possibilités.

Un début.

Une victoire qui en entraînera d'autres .

Votre ouvrirez des portes qui risquent de vous surprendre.

Le chemin de l'épanouissement est intemporel.

La constance de l'effort doit rester votre ligne de conduite. 

Donc no stress !

07/12/2017

Résilience - introduction

La résilience.

Pour l'intégrer, il me semble qu'il faille l'avoir vécu en sa chaire.

N'avoir aucun pouvoir d'action sur des situations traumatisante tels que la mort d'un proche, d'une agression, une dévalorisation; la liste est longue .

Subir, ressentir cette colère révoltante, sans pour autant laisser ces sentiments prendre le dessus sur nos interactions avec nos congénères.

La description faite de la résilience; de prime abords, est d'une simplicité enfantine.

S'adapter, résister, continuer de fonctionner au seins d'un milieu hostile.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Résilience

Faire face aux événements traumatiques qui jalonnent notre vie tels que le deuil, un accident, un divorce, une perte d'emploi tout en arrivant à se reconstruire en sortant plus fort de ces épreuves.


     La fable de Jean de La Fontaine résume parfaitement le  concept de la résilience.

          http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/chenroso.htm

2017-12-07-21-26-17-.jpg

  1.  
  2. "Le roseau plie mais ne se rompt pas"

 

 

 Dans une société qui ne laisse que tres peu de marge à l'expression "visible et audible" de nos sentiments, il devient intéressant de revenir sur le concept de la résilience défendu et soutenu par l'imminent neuro-psychiatre francais Boris Cyrulnik.

220px-Boris_Cyrulnik_-_2011-11-01_-_cropped.jpg

 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Boris_Cyrulni

 

 

Dans son livre "Un merveilleux malheur", il aborde les capacités impressionnantes que nous avons tous a pouvoir traverser des épreuves traumatiques.

Pourtant, ce qui semble inné chez certain, semble inaccessible pour d'autres.

Chaque être humain est unique.

Face à un événement traumatique qui exige de nous la mobilisation permanente et constente de chaques cellules de notre êtres pour tenir debout et faire face, sommes-nous tous égaux ?

Notre éducation, notre niveau social, notre QI et autres "cases", jouent t'ils un rôle sur notre pouvoir à dépasser des épreuves traumatiques?

Avoir été maltraité dans son enfance, facilite t'il la reconstruction lorsque l'on subis une agression une fois adulte?

Être confronté au deuil de nombreux membres de sa famille à intervalles réguliers, permets il de se relever de la perte d'un enfant?

Je laisserais volontairement ces questions ouvertes et y reviendrais dans une prochaine note .

 Sarah Emonet